Fragments de temps, mémoire de l'instant

la demarche

Ce projet a débuté le premier janvier 2019. Chaque jour de chaque mois je réalise un portrait de paysage, une photographie de l’instant définissant ma réalité de l’espace, mon repère temporel. Ce projet interroge, dans un monde de vitesse, notre place dans l’époque et se propose d’explorer notre rapport au temps : une recherche de la représentation de l’instant, prenant comme repère tangible un pays, un paysage dans sa singularité.

La marche est un engagement essentiel dans le processus de création, une première étape. Apprécier chaque instant de notre présent, c’est prendre le temps de parcourir un territoire, de capter les perspectives qui s’imposent à mes yeux et de saisir à l’instant l’expression d’un lieu. Cette démarche se concrétise sous la forme d’une collecte quotidienne de fragments de temps incarnés par des instantanés dessinés ; un geste et un trait qui viennent définir les contours d’un paysage en quelques lignes. La définition du pays en paysage est alors un temps suspendu ; la date et l’heure en signature de chaque portrait apportent la confirmation de l’instant vécu et marquent la progression dans le temps. Chaque instantané de paysage est ensuite gravé dans l’argile. Artefacts fragiles, ils mettent en évidence les différentes typologies des pays traversés. L’inventaire photographique de ces paysages est une trace unique, un souvenir ; il fait témoignage d’un territoire et s’inscrit dans notre mémoire collective.

Ce travail évoque en filigrane mon rapport à la mélancolie, matière première qui nourrit mon exploration graphique et définit mon travail. Cet engagement sur le temps long me permet de tenir à distance l’intranquillité qui vient parfois troubler mon quotidien. Dans l’urgence, entre passé et futur, cette démarche constitue pour moi un moyen de rester vivant.

le processus

La collecte de fragments de temps : les instantanés dessinés

stephanelegrandstephanelegrandstephanelegrandstephanelegrandstephanelegrand

• De passage dans le pays.
• Réalisation du croquis de l’instant.
• Instantanés dessinés réalisés au stylo plume et à l’encre noire sur un carnet de dessin, dimensions : 90x140 mm.
• Ensemble des carnets de la collecte de l'année 2019.
• Ensemble des carnets de la collecte de l'année 2020.

 

La prise d'empreinte de fragments de temps : les artefacts

stephanelegrandstephanelegrandstephanelegrandstephanelegrand

• Reproduction de l’instantané dessiné sur un film transparent et agrandissement au retroprojecteur.
• Prise de l’empreinte du paysage dessiné dans l’argile blanche, dimensions : 220X170X10mm.
• Gravure de la date et de l’heure en signature de chaque fragment.
• Détail d'une empreinte.

 

L'inventaire photographique de la collecte de fragments de temps

stephanelegrandstephanelegrandstephanelegrandstephanelegrand

• Prise de vues et mise en page des fragments numérotés de 01/365 à 365/365 de l’année repère 2019.
• Restitution du projet, impression jet d’encre sur papier mat 200g, dimensions : 210 x 297 mm.
• Classeur archivage et housse, dimensions  :
338 x 294 x 76 mm.
• Archivage de la collecte des 365 empreintes de l’année repère 2019, coffres en bois, dimensions : 20X23X50.

Les formes de
la restitution


Grand inventaire de la collecte 2019

inventaire2019slg


Lecture de l'extrait de l'inventaire


Petit inventaire de la collecte 2019

collecte2020stephanelegrand


Lecture de l'inventaire


La restitution de la collecte in situ

LaMiseAuJour

• La mise au jour, détail juin 2019.
Première restitution réalisée le vendredi 25 Juin 2021.
Installation in situ, techniques mixtes.
Dimensions 195 X 295 X 230 cm.

LaMiseAuJour

 

• Artefact 19/06/19-17h33 : prise de l’empreinte
du paysage dessiné dans l’argile blanche, dimensions : 220X170X10mm. Gravure de la date et de l’heure en signature de chaque fragment.


La restitution de la collecte ex situ

LaMiseAuJour

• La mise au jour, petit mobilier, détail juin 2019.
Installation ex situ, techniques mixtes.
Dimensions 33 X 40 X 47 cm.

 

 

 

 

 

 

haut
[ PDF ]